image articles194

31 oct. 2018 12:04

Startup

Investissement

Afrique

Digital




À ABIDJAN, LES BUSINESS ANGELS TISSENT LEURS RéSEAUX

Très populaires aux États-unis et en Europe, les investisseurs et accompagnateurs de jeunes entreprises, aussi appelés business angels, ont désormais leur pendant ivoirien. Ils sont africains, européens ou membres de la diaspora et forment un nouveau réseau très influent et respecté.

Dans une petite salle de la Dream Factory d’Abidjan, un incubateur de start-ups, des avocats et une magistrate français viennent expliquer le b.a.-ba du droit des affaires à de jeunes entrepreneurs ivoiriens endimanchés. Dans l’assemblée, timidement caché derrière plusieurs start-uppers, Firmin Kouadio vient en observateur et en tant que business angel pour, peut-être, investir dans une entreprise d’avenir. « C’est le projet, mais surtout le profil de l’entrepreneur qui m’intéresse », souligne le gérant d’ICO Pub, une grosse entreprise de publicité d’Abidjan.

Lors de ce séminaire de deux jours, les jeunes entrepreneurs ivoiriens suivent une formation accélérée dans différents domaines : management, gestion, communication, droit… puis sont potentiellement repérés par les business angels et les clubs d’investissements du pays. « L’idée, c’est de créer un réseau et de pousser les entreprises qui ont du potentiel. Il faut donc former les entrepreneurs, les éduquer au marché, à la finance, pour qu’ils puissent s’en sortir et convaincre des gros porte-monnaie », résume Julien Achille Agbe, directeur d’EIC Corporation, l’organisme qui met les start-ups ivoiriennes et les business angels en relation.

Investir à plusieurs

En clair, l’objectif est d’éviter de reproduire l’erreur de nombreuses jeunes entreprises ivoiriennes qui se lancent sans business model ni vision à long terme et manquent de structuration pour attirer les investisseurs.

JA

À Abidjan, les business angels tissent leurs réseaux
Les strartups peuvent appotés un grand neuf sur le marché de l'emploi des jeunes
Entretien avec M. AYISSI CEO de la marque de vetement Wazal: "je m'espire des codes vestimentaires des Senegalais et Nigeriens pour faire mes tuniques"


L'APPLICATION MOBILE




NOS PARTENAIRES